Présentation du cursus

 Cursus Conservation-restauration des œuvres sculptées (CROS)

Les cours sont dispensés sur deux sites : à l’école des beaux-arts (bâtiment MAME) et dans la chapelle du Petit Saint-Martin. Le site internet de l’ESBA TALM – tours : http://tours.esba-talm.fr/
Le cursus, organisé en cinq années, est sanctionné par un diplôme européen d’études supérieures en conservation-restauration des œuvres sculptées (DNSEP) conférant grade master, mention conservation-restauration.
Les trois premières années du cursus s’organisent autour :

  •  d’une pratique des arts plastiques (sculpture, dessin, modelage, peinture)
  •  de cours théoriques (chimie, histoire de l’art, anglais)
  •  de cours thématiques (techniques de polychromie ancienne, moulage, sculpture sur bois, géologie)
  •  d’une pratique de la restauration (en atelier à l’école et en stages dans des musées et des centres régionaux de restauration)

La quatrième année du cursus débute par trois mois de stages obligatoires. En janvier, à leur retour, les étudiants participent à un stage sur les matériaux durs (ivoire, marbre, pierres dures). Les étudiants reçoivent ensuite leur pièce de diplôme (une sculpture ou un objet souvent d’intérêt majeur), choisie par les enseignants pour l’intérêt technique de sa restauration. Le travail sur cette pièce de diplôme peut alors commencer.
Il sera poursuivi tout au long de la cinquième année et synthétisé dans un mémoire.
En mai, les restaurations et les mémoires sont présentés publiquement devant un jury composé de conservateurs, de restaurateurs et de scientifiques.

DSCF1154
L’atelier de la Chapelle du Petit-Saint-Martin
DSCF1162
L’atelier de la Chapelle du Petit-Saint-Martin

Pratique des arts plastiques

Durant la formation, différentes techniques sont enseignées et exercées afin de mieux comprendre l’élaboration des œuvres à restaurer. Les étudiants acquièrent également l’habileté nécessaire à la pratique de la restauration.
Sont ainsi étudiés:

  • – le dessin
  • – la peinture (imitation de faux bois et faux marbre)
  • – les techniques anciennes de polychromie
  • – le modelage
  • – la taille de bois
  • – la taille de pierre (chaque élève réalise au cours des trois premières années une taille de bois et de pierre).
P1160277

Exemples de techniques anciennes de polychromie pratiquées : dorure, argenture, sgraffito, peinture à l’oeuf et à l’huile.

Cours théoriques

Les cours théoriques s’articulent autour de deux domaines de compétences
Un domaine scientifique

    La chimie, les sciences physiques, la méthodologie de la restauration et l’histoire des techniques permettent aux étudiants de connaître les propriétés physico-chimiques intrinsèques à chacun des matériaux (structures, propriétés, dégradations). Les étudiants pourront ainsi comprendre les différents types d’altérations que peuvent subir les matériaux constitutifs des œuvres. Enfin, cet apport scientifique permettra à l’étudiant de justifier son intervention (utilisation adaptée des différents produits de restauration, par exemple).

Une culture artistique

    L’étude de l’histoire de l’art, de l’histoire de la restauration, ainsi que de l’histoire de la polychromie permettra aux étudiants de replacer les œuvres dans leur contexte historique. Ces connaissances permettent aux élèves de mener une réflexion sur l’origine de l’œuvre, sa fonction, son usage, et de mieux les appréhender dans une optique de restauration.

Cours thématiques

Les cours thématiques peuvent être dispensés au sein de l’école ou sous forme de stages.
Ils concernent les disciplines suivantes :

  • – les matériaux (pierre, bois, plâtre, etc.)
  • – les techniques de moulage
  • – les produits de la restauration (les adhésifs, les solvants, les résines…)
  • – les techniques anciennes de polychromie
  • – les bois polychromés
  • – les bouchages, les retouches
  • – la photographie

Ces cours ou ces stages sont dispensés par les professeurs de l’école ou des intervenants.

P1160271
Exemple de protocole scientifique pour une étude d’une roche calcaire et des produits de restauration à employer.

Pratique de la restauration

L’apprentissage du métier de conservateur-restaurateur se fait au sein des ateliers de l’École des Beaux-arts. Les étudiants travaillent sur des pièces confiées par différents musées français, des particuliers et des monuments historiques. Ils sont encadrés par une équipe de quatre professeurs, restaurateurs de sculptures.
Des interventions ponctuelles sont effectuées par des intervenants extérieurs pour les cours de chimie appliquée à la restauration ou de restauration de pierre.
Des « chantiers-école » sont organisés au début de la deuxième et de la troisième année ainsi que des stages thématiques (stage théorique et pratique au CRRCOA de Vesoul, stages pratiques consacrés à la restauration de la pierre, etc.)

Séminaires de master

Dans le cadre de la formation de ses élèves, le cursus conservation-restauration, propose chaque année des séminaires et conférences ouverts au public, assurant ainsi une formation continue du restaurateur. L’ARSET quant à elle organise tous les deux ans des colloques sur un thème de conservation-restauration.